Shapeshifting par Linda Hayford – Collectif FAIRE & Tout Atout (vidéo 360)

Pendant 2 mois, 10 jeunes adultes en insertion professionnelle avec Tout Atout ont participé à l’aventure Fait Main 6. Accompagnés par Élise Guihard, ils ont conçu et réalisé le sol de la rotonde de L’Hôtel Pasteur à partir de carreaux en grès cérame réemployés. 

Pour valoriser le travail des jeunes, le 4 juillet dernier, dans la rotonde où le sol en mosaïque vient tout juste d’être finalisé, Linda Hayford, chorégraphe, membre du collectif FAIRE et Stéphane Pougnand sont réunis pour la réalisation d’un projet vidéo.

Ce clip est un dialogue entre Linda Hayford et Stéphane Pougnand, c’est une rencontre entre la danse animale et incarnée extraite du spectacle Shapeshifting, premier solo de Linda Hayford et une technique innovante de caméra 360 manipulée par Stéphane Pougnand puis animée en post production.

La caméra virevolte autour de la danseuse et ses déformations renforcent l’aspect chimérique du corps. L’espace très confiné paraît distordu et comme suspendu au dessus de cette cour en travaux de l’hôtel Pasteur de Rennes.

Extrait de Shapeshifting interprété par Linda Hayford.

Chorégraphie : Linda Hayford

Musique : Abraham Diallo

Réalisation et montage :  Stéphane Pougnand

Conception : Delphine Diard et Stéphane Pougnand

Vidéo réalisée dans le cadre du projet Fait Main #6 / Conception et réalisation d’un sol par l’artiste Elise Guihard et 9 jeunes de l’association Tout Atout à L’Hôtel Pasteur à Rennes au printemps 2019. www.toutatout.org

Remerciements :

  • Linda Hayford
  • Clémence Journaud
  • L’Hôtel Pasteur

FAIT MAIN #6 – Réalisation d’un sol pour l’Hôtel Pasteur

Cette nouvelle édition ambitionnait de transmettre l’esprit politique de l’Hôtel Pasteur à Rennes grâce à une oeuvre collective. Au 19ème siècle, conjointement à l’époque de construction du bâtiment Pasteur, se développe la pensée mosaïque. Ce concept qui découle de la technique de la mosaïque problématise la question de l’unification de la pensée : faire un avec du multiple, unifier le disparate. Au 20ème siècle, il prendra le chemin inverse et deviendra la métaphore de l’éclatement et du fragmentaire, (l’image même de « l‘hétérogénéité du réel »). Fait Main #6 s’inscrit dans la tradition ornementale tout en ré-interrogeant la pensée mosaïque au 21ème siècle au travers du projet architectural de l’Hôtel Pasteur : L’Hospitalité ou comment accueillir toute les sensibilités dans un même lieu.

La commande

La commande formalisée par l’Hôtel Pasteur est la création d’un sol pour la rotonde à partir de matériaux récupérés, issus ou non du chantier du bâtiment. L’artiste Elise Guihard a encadré un groupe de jeunes participants pour produire une oeuvre collaborative, touchant à des savoirs faire technique de la mosaïque architecturale (grès cérame). Le processus de création s’est tourné vers la transmission d’une pensée politique du « construire » (non-programme architectural, habiter en construisant, préfiguration des usages, réemploi de matériaux…) adapté au projet artistique.

Au delà du métier de carreleur/mosaïste, travailler au coeur du chantier de l’Hôtel Pasteur parmi toutes ces entreprises de gros oeuvre/bâtiment m’aura fait découvrir tous les corps de métiers d’un tel chantier.

Anouk

Le motif crée traduit l’usage du bâtiment depuis les réflexions menées par l’Université Foraine. Il s’agit de raconter cette histoire dans un même plan horizontal et labyrinthique, d’affirmer le chevauchement des périodes et des situations pour les sortir d’une frise chronologique et affirmer l’impermanence des usages et la notion d’hospitalité. Chaque case temporelle n’ayant plus ni début ni fin peut ainsi accueillir l’histoire en cours et à venir.

Avec l’aide de Mr Burel, formateur au CFA de St Grégoire, le motif a été décliné a partir de morceaux de carreaux en grés cérame récupérés. Ils ont été taillés et agencés dans un montage à blanc. Les pièces ont ensuite été ajustées pour un montage définitif sur le site Pasteur. Différentes techniques ont été mises en oeuvre pour réaliser ce projet, et ont nécessité des participants de la concentration, de la minutie et de la patience.

Avant la livraison de la commande, les jeunes ont obligatoirement participé aux étapes suivantes : découverte du site, dessin individuel et collectif, création du sol et pose, valorisation. Le sol réalisé par les participants est valorisé par une installation pérenne sur le site qui ré-ouvrira publiquement en 2020. En attendant, une ouverture du chantier a été organisée fin juin. Une vidéo, en réalité augmentée, dévoilera la performance de Linda Hayford, (artiste associé au collectif FAIRE) à partir du sol fabriqué.

Intervenants : l’artiste plasticienne , Elise Guihard et Mr Burel, formateur au CFA St Grégoire.

Partenaires sociaux : We Ker, Grafic Bretagne, ADAPT, Cap Insertion, AEREA-ARASS, LISAA,

Partenaire culturel et technique : L’Hôtel Pasteur

FAIT MAIN #5 – Conception et fabrication des 9 lanternes de la future place Saint Germain, Rennes

De mai à juillet 2018, en partenariat avec le Musée des Beaux Arts, le Théâtre National de Bretagne & le Vrac

Cette cinquième édition fut pour Tout Atout l’ultime étape autour de la thématique «Lumière», commencée en 2016 avec la réalisation de vitraux pour révéler une partie du Manoir de Tizé, puis l’année suivante en concevant un parcours signalétique lumineux pour guider le public la nuit dans ce site naturel. Dans toutes les cultures humaines, l’idée de progrès est symboliquement liée à la notion de lumière. 

A partir du second semestre 2018, la place Saint Germain à Rennes fait l’objet d’une revalorisation patrimoniale. Cette opération intègre une mise en lumière du site en suivant les principes SDAL (Schéma Directeur d’Aménagement Lumière, qui vise a réduire les émissions lumineuse de la Ville de 20%) afin de lui donner une nouvelle identité nocturne. Rennes Métropole nous a proposé d’intégrer ce chantier pour travailler sur l’aménagement d’une partie du site, notamment l’éclairage des futurs accès à la station de métro de la ligne B.

Pour apporter une touche d’intimité au centre de la place Saint Germain qui sera désormais végétalisée, Rennes Métropole nous a passé commande de douze lanternes en vitrail qui seront suspendues à 6 mètres de hauteur sur des filins. Cette création originale fait écho aux vitraux de l’Eglise Saint Germain qui sont nouvellement mis en valeur. Les participants ont été encadrés par 4 intervenants : Marine Bouilloud, plasticienne, a travaillé sur la colorimétrie de la place, la conception du motif et le dégradé des couleurs sur les différentes lampes, Alexis Ferron, artisan-vitailliste, a encadré la fabrication des différentes pièces de vitrail en fusion et en thermoformage, – Boris Roudenko, métallier, a fabriqué les mécanismes d’assemblage des différentes pièces et Stéphane Pougnand, vidéaste, a crée une scénographie pour mettre en valeur les luminaires dans leur futur milieu naturel.

INTERVENANTS : Marine Bouilloud, artiste plasticienne, Alexis Ferron, vitrailliste, Boris Roudenko, métallier, Stéphane Pougnand, vidéaste/scénographe, David Moizan, référent SDAL

Avant la livraison de la commande, les jeunes ont participé obligatoirement aux étapes suivantes : S’inspirer du Patrimoine / Création et assemblage des vitraux / Scénographie & éclairage vidéo

Les lampes qu’ils ont réalisées, seront installées sur la place Saint Germain … à partir du printemps 2019. C’est pourquoi, les futures lampes ont été dévoilées aux rennais en juillet 2018 dans une scénographie livrant une interprétation sensible de la future place Saint Germain en video-mapping. Elle a été réalisée par le groupe avec l’aide de Stéphane Pougnand au Théâtre National de Bretagne.

 

PARTENAIRES SOCIAUX / ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Mission locale du bassin Rennais, LISAA, Centre Médical et Pédagogique de Beaulieu, Association 952

PARTENAIRES CULTURELS ET TECHNIQUES : Musée des Beaux Arts, Le Vrac, LISAA, Théâtre National de Bretagne

FAIT MAIN #4 – Réalisation de 5 luminaires extérieurs

De Mai à juin 2017 en partenariat avec Au bout du plongeoir

Après la lumière naturelle l’an dernier qui nous a permis de révéler différemment un bâtiment patrimonial de Rennes Métropole, l’axe de travail de cette année a été d’utiliser la lumière artificielle pour mettre en valeur le paysage qui entoure le Manoir de Tizé et guider le public dans la nuit. L’association Au bout du plongeoir nous a ainsi passé commande pour la réalisation de 5 lampes électriques qui  ont dessiné un parcours signalétique lumineux pour guider le public vers le parking du site. Les participants ont été encadrés par le designer Sylvain Descazot et des professionnels de différents corps de métiers (paysagiste, artisan verrier, menuisier…).

Sylvain Descazot a proposé la réalisation de 5 bon()bonnes, des lampes qui dépendent des flux et des sédiments de leur environnement pour composer les teintes et la matière de la lumière, questionnant ainsi la temporalité de l’objet et son interaction avec le paysage. Avant la livraison de la commande, les jeunes ont obligatoirement participé aux étapes suivantes : Lire le paysage, créer avec la lumière artificielle, documentation.

Les lampes qu’ils ont réalisé par leur travail sont valorisées par une installation pérenne sur le domaine de Tizé, un lieu régulièrement ouvert au public et aux artistes. N’hésitez pas à aller les découvrir !

INTERVENANTS : Sylvain Descazot, designer, Rosanne Peuron, paysagiste, Vincent Poinsignon, géomètre/topographe à l’agence Quarta, Simon Müller, Arcam Glass, Yohan Verron, fabmanager à My Human Kit, Sébastien Ribreau, concepteur/menuisier à Pelleteurs de nuages, David Moizan, concepteur lumière au service éclairage publique de la Ville de Rennes

PARTENAIRES SOCIAUX : Mission locale du bassin Rennais / Dispositif Garanties Jeunes, Foyer du Blosne, CJM – ARASS, Fil Rouge, APASE, Foyer Nevez Ty, ESSOR 35

PARTENAIRES CULTURELS ET TECHNIQUES : Au bout du plongeoir, My Human Kit, Pelleteurs de nuages