Articles

L’Hypocrite 19, Balance ta justice

Selon le sondage réalisé par nos soins sur Facebook, 71% des français ne croient plus en la justice. Ce qui est déroutant quand nous savons que beaucoup de populations dans le monde rêveraient de disposer d’un tel instrument démocratique au sein de leur pays. Nous pouvons penser en guise d’exemple non exhaustif à la Colombie ou au Mexique où les narco-trafiquants font en grande partie la loi ou encore à la Corée du Nord et son régime dictatorial. Pourtant, ne nous cachons pas, ce chiffre élevé, presque 3 personnes sur 4 (!), n’est pas une surprise. Loin de là.
L’exécutif de notre pays a raté et rate encore le virage humain qu’il semble obstiné à ne pas emprunter. Les revendications des gilets jaunes (qu’on soit pour ou contre) qui ont émergé et demeurent depuis maintenant plus d’un an sont un exemple d’un ras-le-bol.  La prise de relais des syndicats sur les questions du régime des retraites, de l’épuisement des enseignants et d’un sous-effectif étouffant dans le domaine hospitalier constituent des signaux alarmants pour une justice sociale en déliquescence. La justice au sens institutionnel du terme est aussi imparfaite, même si elle a pour but, ce qui est louable, de protéger, notamment par rapport au droit des enfants que nous avons exploré à travers un atelier. Nous avons appris la mise à l’essai d’un collectif de cinq magistrats pour remplacer les jurés, voix du peuple, dans les cours d’assises en vue d’une possible mise en place dans un futur proche. Les affaires Balkany et Sarkozy rappellent aussi ô combien les politiciens ne sont pas jugés de façon équitable par rapport à un citoyen lambda qui serait condamné plus lourdement vis-à-vis des faits rapportés. Justice à deux vitesses. Rappelons que l’exécutif en place dispose d’un totem d’immunité durant le mandat et que le gouvernement, via le ministre de la justice, garde la main sur la nomination des procureurs. La soi-disant séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire interroge quant à la véritable impartialité que nous rabâche les manuels scolaires.

L’opinion publique balbutie la présomption d’innocence et fragilise de facto la justice. L’exemple historique de l’Affaire Dreyfus démontre que la vox populi se sent légitime pour condamner ou innocenter.
La vengeance personnelle peut-elle s’affranchir du dispositif de lois mis en place par le pays ? C’est une question que nous nous sommes posée et qui a été débattue d’ailleurs à travers le café culturel consacré au thème du journal avec les prisonniers de Vezin-Le Coquet. Moment très enrichissant !

Pour finir, la question de la justice divine a aussi été évoquée. Notre excursion à l’Opéra pour voir le fameux Hamlet de Shakespeare et le procès fictif du XIXème siècle de Hélène Jegado auquel nous avons assisté rappellent aussi que pour beaucoup, malgré la déchristianisation existante dans notre pays, la justice peut ne pas être que séculière. La justice est ainsi à voir sous plusieurs formes et une certitude demeure : elle est subjective. Ce qui est juste pour untel ne l’est pas pour l’autre et vice-versa. C’est le fil rouge de l’histoire de l’Homme et cassons tout suspens, elle le restera jusqu’à la nuit des temps.

L’ équipe de rédacteurs

Le sommaire

  • Chiffres clés sur la Justice, micro trottoir, En Bref
    Votre tuto : 
    Comment faire preuve d’éloquence ?
  • Ce soir, faites garder les enfants !, critique du spectacle Qui va garder les enfants ?
  • Procès fictif d’Hélène Jégado : une reconstitution bien cuisinée
  • L’atmosphère austère d’un procès en correctionnel
  • Juré d’assises, « une régulation à laquelle nous devons pouvoir prendre part »
  • La tragédie de la Justice, critique de l’opéra Hamlet
  •  Portraits : Florent Wood Camper, l’Homme invisible & Viens voir le Docteur non n’aie pas peur
  • Oui, nous savons que nous avons des droits !
  • L’affaire Dreyfus, la fumisterie d’une justice partiale
  • Condamnés mais pas au silence, café culturel au centre pénitentiaire de Vezin
  • Interview de Stéphane Cantero : »La justice est humaine, elle n’est pas une science exacte ».
  • Billet d’humeur : Survivre en eaux troubles
  • Création littéraire avec Doc Brrown
  • Affiche centrale réalisée par nos soins

A découvrir dès le mercredi 18 Décembre. Distribué le jeudi 19 décembre dans les points de diffusion ci dessous.

Où trouver l’Hypocrite ?

L’Hypocrite 18 – Le Bonheur n’a pas de prix

Le bonheur ne se compte pas en pièce de monnaie !
L’argent fait il le bonheur ? C’est la question que nous nous sommes posée tout au long de ce numéro à travers plusieurs activités
durant trois mois. L’argent ne fait pas le bonheur mais il y contribue. Chez les rédacteurs de l’Hypocrite, on pense qu’une fois les besoins primaires assouvis (se loger, se nourrir…) grâce à l’argent, on peut commencer à apprécier les petits bonheurs du quotidien : un beau paysage (inutile d’aller à l’autre bout de la planète pour admirer un paysage), un sourire, un rayon de soleil, les fous rire… L’argent n’est pas le seul facteur au bonheur puisque l’on peut contempler un magnifique paysage gratuitement. On peut passer du bon temps en famille, regarder d’anciennes photos, partager de bons souvenirs entre amis, savoir déconner. Nous pensons que l’amour, la joie, la bonne humeur sont les clés du bonheur.
La valeur de l’argent ne vaut pas sur les valeurs d’une personne : la gentillesse, l’empathie, la sincérité…
Cependant, l’argent reste indispensable car il nous donne accès à des moments de plaisirs, de confort et de bien-être. Nous sommes contraints d’en avoir un peu pour vivre et non survivre. A partir de là, l’argent peut amener le confort, qui n’est pas nécessaire. L’argent reste une illusion car il est éphémère et ne dure qu’un instant. Le Bonheur lui aussi, ne dure qu’un instant et est éphémère. Mais ce n’est pas une illusion car chacun peut y avoir accès. A lui de le trouver au fond de lui même.
Bonne lecture et Hakuna Matata !
Hélène & Matthieu

Au sommaire de votre futur numéro :
– Data données sur l’Argent et le Bonheur (sondage, indices de bonheur, salaires…)
– Pépites de Riches, citations
– L’économie c’est quoi ? Rencontre avec Romain Demissy, chercheur en économie
– Galléco, monnaie locale : rencontre avec Fred Maymil
– C’est quoi le Bonheur pour vous ? : retour sur nos définitions du Bonheur
– Débat philosophique : l’argent fait il le Bonheur ?
– L’Histoire de la Monnaie : visite au Musée de Bretagne
– Rencontre avec Edwin et son concept de voyage sans argent
– Critique du spectacle LYES de la Cie Ontroerend Goed
– Portraits : Atelier Mc Clane et Hervé Salesse alias Elvi
– Création littéraire : textes Slam (et rendez vous sur RCF le 21 juin pour les entendre déclamés)

BONUS :  votre tuto Yoga du Rire pour voir la vie du bon coté, un poster central à afficher réalisé par les rédacteurs de l’Hypocrite avec Hugo et Julia de l’atelier Mc Clane, votre Horoscope « Don’t worry, be happy »…
 A découvrir dès le mercredi19 juin dans les points de diffusion ci dessous.
Où trouver l’Hypocrite ?

L’Hypocrite 17, le Début de la Fin

La fin du monde, sujet très large qu’on nous ressasse de plus en plus sans pour autant donner ou chercher de solution. A la télévision, sur internet, tous les médias s’en mêlent. Chacun en a son propre point de vue : qu’il soit alarmiste, motivé par la peur ou encore par la colère, chacun laisse libre cours à son imagination. Est ce que la Terre va exploser ? Est ce que l’on va tous mourir de faim car les terres ne seront plus cultivables ? L’air sera-t-il un jour privatisé ? Les pauvres mourront-ils d’asphyxie ? Tant de questions et de flous autour de ce sujet, puisque le futur n’est pas écrit, qui peut savoir ?Une question se pose pourtant : doit on s’y préparer ou vivre au jour le jour ? De notre point de vue, la fin du monde ne peut pas être définie. C’est un peu comme la face cachée de notre mode de vie actuel. L’être humain est depuis la nuit des temps attiré par le pouvoir. Pas besoin de la terre, pas besoin de la nature ! L’argent et la perfidie sont nos meilleurs alliés. Alors que faire ? Nous pensons que nous sommes arrivés à un point crucial : les scientifiques tentent, tant bien que mal, depuis les années 70/80 de faire entendre raison à nos dirigeants. Peut être nous rendrons nous compte que prendre à la Nature sans lui rendre en retour n’est pas viable et qu’une économie plus circulaire serait plus juste. Ce qui est sûr c’est que nos manières de faire doivent changer.Après avoir tant fermé les yeux et renié la nature (celle dont nous venons pourtant) pour être toujours plus humain, toujours plus au dessus de cette nature « sale et inutile », la fin du monde permettrait une reconstruction pour un nouveau monde avec ou sans Humain.Quels seront donc les moyens d’échapper à la fin de l’Humanité ? Les techniques de survie ? L’intelligence collective ? L’autogestion et la solidarité ? A vous de trouver la solution à travers ce numéro de l’Hypocrite pour éviter de faire partie de ceux que la Terre n’épargnera pas.

L’ équipe de rédacteurs

Le sommaire

– La Fin du Monde dans l’histoire de l’Humanité
– Les catastrophes en peinture : 
visite décalée au Musée des Beaux Arts
– Collapsologie : rencontre et échange avec Anthony Brault, conférencier et socianalyste 
– Le transhumanisme : rencontre et échange avec Yohann Véron de My Human Kit
– Survie & Survivalisme : immersion avec Renan de la Skol Louarn 35
– Critique du spectacle Fin et Suite de Simon Tanguy
– Critique du spectacle La Furie des Nantis de Edward Bond, mis en scène par Yann Lefeivre
– Portraits : Antonin Druart et Loic Creff alias Macula Nigra
– Création littéraire à plusieurs mains avec Antonin Druart : 
Chantons, dansons, courons à poil : renaissance pour trois détritus de l’ancien monde.

BONUS :  votre kit de Survie au cas où le monde s’écroule, un poster central à afficher réalisé par les rédacteurs de l’Hypocrite & Loic Creff alias Macula Nigra, votre Horoscope « On va tous mourir »… A découvrir dès le mercredi 20 Mars dans les points de diffusion ci dessous.

Où trouver l’Hypocrite ?

Items portfolio