L’Hypocrite 22 : Ça sent le sapin.

La mort anonyme

Nous ne sommes pas tous égaux dans notre rapport à la mort, elle peut inspirer la peur, la curiosité, la fascination, parfois l’indifférence… Pourtant indépendamment des sentiments qu’elle provoque, on le sait, elle est inéluctable. Le déni de la mort est un des phénomènes les plus compréhensibles, mais aussi l’un des plus absurdes de notre société. Du moins au cœur de la civilisation occidentale. En effet, ce déni tient davantage ses racines des mœurs culturelles que de notre nature humaine. Pourtant la mort constitue un aspect essentiel de notre vie et malgré notre effort collectif pour l’éluder, elle reste et restera présente dans notre société, par exemple au travers des nombreux métiers parfois oubliés mais pourtant essentiels.

Seule une poignée de thanatopracteurs, autrement dit « les maquilleurs des morts », exercent. Les métiers du funéraire, par exemple ceux des pompes funèbres, restent également très peu convoités. Pour cause, la plupart des petites entreprises sont des business familiaux. En plus de la croissance plus faible du corps de métier, le contexte sanitaire n’arrange pas la situation. Les thanatopracteurs se font refuser leur droit d’exercer sur des morts précédemment atteints de la covid. Malgré cette baisse de chiffre, leur affaire reste assez juteuse, et les prix à afficher pour avoir le droit de mourir proprement sont plutôt salés.

Cependant, il existe des alternatives plus accessibles, par exemple via la Coopérative funéraire, qui propose des inhumations moins coûteuses, donnant plus de choix aux proches et étant plus éthiques sur le plan humain et écologique. Face au développement durable en situation de crise, l’industrie décide parfois de mettre la main à la pâte et de proposer des services écologiques : cercueils non-polluants, absence de formol, cimetière vert… Et tous ces efforts communs des travailleurs de la mort sont trop souvent réduits au silence, notamment à cause du voile que s’appose volontairement notre civilisation.

Au cours du journal et de tous les articles qui vont suivre, nous allons donc vous exposer tous ces aspects de la mort qui restent trop invisibles et méconnues aux yeux de la société d’aujourd’hui.

Elisa Poulain, Benjamin Bucaille & Naëll Bannier

Le sommaire

  • Voyage Mortel : un podcast en trois épisodes (à écouter ici) – Tuto : Et toi ça te tente ? par Elisa Poulain
  • Dessin de presse « La Mort, un business comme un autre » par Zacharie Heiss
  • Death Karma, un tour du monde mortifère par Benjamin Bucaille
  • Penser l’ignorance de l’inévitable : ce sera un accident d’avion pour moi, s’il vous plaît ! par Mélissa Mocquot
  • Vivre de la Mort par Alexis Le Cocquen
  • Sur la route de Florent Wood Camper par Zacharie Heiss
  • Au théâtre, le matrimoine mis en lumière par Elisa Poulain
  • Inhumées mais pas oubliées, création littéraire réalisé avec la Cie La mort est dans la Boîte
  • Etre thanatopracteur c’est avoir la peau dure par Guewen Merre
  • Reconnecter le monde des morts à celui des vivants par Carine Peynaud
  • La coopérative funéraire, une mise en bière sans pression par Eden Le Reux & Fabien Le Goff
  • Expérience de mort imminente : délivrance de l’esprit ou machination du cerveau ? par Corentin Daubé
  • Chasseurs de fantômes, à la recherche de sensationnel par Naëll Bannier
  • Fable du diable : la terreur et le beau gosse par Mélissa Mocquot
  • Billet d’humeur – Complotristes ! par Corentin Daubé
  • Horoscope par nos astrologues Elisa Poulain & Alexis Janvier
  • Un super poster La Mort qui tue réalisé en collaboration avec Florent wood Camper

Distribué le mercredi 21 avril dans les points de diffusion ci dessous.

Où trouver l’Hypocrite ?

En raison des restrictions sanitaires, le journal ne peut être diffusé dans le réseau de distribution habituel. Vous pouvez découvrir ce numéro de l’Hypocrite chez : Libraire Le Failler, Libraire Critic, Le Géant des Beaux Arts, 4Bis, Blindspot, Its Only, l’Hôtel de ville de Rennes, Hôtel de Rennes Métropole, Mairie de quartier Clémenceau, Librairie Ty Bull, Bibliothèque Triangle, Mission locale de la Parcheminerie – We Ker.

Voyage mortel – un podcast sur la Mort

Voyage Mortel est un podcast en trois épisodes réalisé par l’équipe de l’Hypocrite du numéro 22 « Ça sent le sapin ».. Laissez vous embarquer vers trois destinations -Mexique, Suisse, Japon- qui entretiennent une relation culturelle unique avec la Mort. Réalisé grâce à l’accompagnement du journaliste, Ronan Le Mouhaër dans le cadre de la fabrication du journal trimestriel l’Hypocrite.

Offre d’emploi – Conseiller.e en insertion professionnelle à pourvoir dès cet été

Le poste de Conseiller.e en Insertion Professionnelle que nous avons crée l’an dernier sera à pourvoir à partir de l’été.

Offre – Mission de service civique – Accompagner des jeunes à devenir acteur de la vie culturelle locale

Nous proposons une mission de service civique pour accompagner la prochaine édition de Fait Main qui débutera à l’automne.

Fait Main 8 : inscriptions ouvertes jusqu’au 22 mars 2021

Fait Main : parcours d’atelier de sensibilisation aux Arts Appliqués en réponse à une commande, pour aborder l’insertion professionnelle sous un angle social et culturel innovant.

Tout Atout propose à un collectif de jeunes de réaliser un objet manufacturé qui répond à un besoin exprimé dans un cahier des charges par un commanditaire extérieur. En utilisant l’approche technique et concrète des Arts Appliqués ou de l’artisanat nous abordons différentes disciplines en lien avec une thématique concrète (par exemple la lumière, l’alimentation…). Grâce à une série d’ateliers agencés dans la durée, sous la forme d’un parcours, le jeune sera au cœur de l’action avec un objectif clair à atteindre. Ce qui lui permettra d’appréhender en douceur de nouvelles perspectives : d’abord professionnelles et sociales, ensuite culturelles.

FAIT MAIN s’adresse en priorité à des publics en insertion professionnelle ou en formation. A l’issue du projet, une attestation de compétences (acquises ou en cours d’acquisition) sera remise aux participants.

Contenu de cette huitième édition

Askoria, le campus des solidarités, nous a demandé de re-penser l’aménagement du hall d’entrée de son bâtiment situé à Beauregard, pour le rendre plus accueillant. La commande consiste en la réalisation de plusieurs éléments de mobiliers pour scénographier l’espace et d’une signalétique pour améliorer la circulation . 

  • Journée de rencontre : atelier autour du mouvement, du corps et de l’espace (in situ avec un intervenant)
  • Conception de l’aménagement avec les étudiants en 2ème et quatrième année Design de l’EESAB : workshop avec les intervenants professionnels / Utilisation de différentes techniques : dessin, utilisation de logiciel 3D… / Travail de composition en binôme avec un jeune en structure sociale et un étudiant / Fabrication manuelle d’une maquette / Présentation au jury
  • Calculer le coût de sa création et la vendre : concevoir un budget prévisionnel, respecter une enveloppe budgétaire, adapter son projet face aux contraintes, préparer un argumentaire de vente.
  • Découverte de filières professionnelles : découverte de métier sur site, entretien avec les salariés, atelier de pratique avec les salariés. Par exemple : thermolaquage des pièces de métal dans l’entreprise Color+ / M.A.C
  • Fabrication des éléments de mobilier : à partir des plans de la maquette retenue par le commanditaire, fabrication des élément de mobiliers en métal (découpe, cintrage, soudure…), fabrication des éléments en bois (découpe des pièces, usinage…) et assemblage.
  • Conception et fabrication des assises : fabrication des assises pour le mobilier bas (choix des tissus, découpe, assemblage, couture, rembourrage…) et installation sur les éléments
  • Réalisation de la signalétique : conception et réalisation d’une signalétique pour le bâtiment (étude des flux de circulation, recherche graphique, choix d’une typographie, fabrication et installation des supports)

Avec : 

Rythme

  • 2 à 3 rendez vous par semaine généralement en demie journée ou journée complète.  
  • Certains rendez vous peuvent être proposés les week ends ou en soirée (spectacles, conférences…).

Durée moyenne

  • 4 mois pour réaliser la commande du 1er avril jusqu’au 16 juillet 2021. 

Dates des inscriptions

  • A partir du 15 janvier 2021 jusqu’au 22 mars.
  • GRATUIT sous réserve d’une adhésion de 2 euros à l’association.

Quels apports ? 

Apports au niveau social : 

  • Créer du lien social : travail en équipe vers un objectif commun
  • Développer la confiance et l’estime de soi 
  • Favoriser l’engagement et la prise d’initiative 
  • Respecter les délais et les exigences

Apport au niveau artistique et culturel :

  • Favoriser l’ouverture culturelle par une approche manuelle et technique.
  • Travailler avec des professionnels du secteur artistique
  • S’initier à la conception d’un projet en respectant le cahier de charges dans une approche esthétique et artistique

Apports au niveau professionnel : 

  • Permettre la rencontre avec les intervenants sur leurs lieux de travail pour mieux appréhender leurs réalités professionnelles.
  • La valorisation des compétences professionnelles validée par une attestation
  • Découverte d’un autre environnement social, professionnel, et de nouvelles possibilités d’emplois pour renforcer l’insertion
  • Découverte des différents métiers de l’artisanat d’art en rapport avec le projet
  • Visite d’entreprise, potentiel lieu de stage 
  • S’initier, développer ou acquérir des compétences techniques en lien avec les secteurs de métiers sollicités dans le projet

Modalités d’inscription

Pré-requis 

• A des jeunes adultes (16 à 30 ans) dans une démarche d’insertion professionnelle ou de formation qui souhaitent acquérir des compétences techniques et manuelles dans une dimension esthétique et artistique.

• A des étudiants ou des apprentis ayant un projet professionnel identifié.

Pour le jeune > 

  • Faire l’objet d’une fiche de prescription mentionnant un parcours d’insertion professionnelle de la part de son référent.
  • Faire preuve de sa motivation à l’écrit ou à l’oral afin d’expliquer en quoi ce projet peut faire sens avec son parcours
  • S’engager sur l’ensemble du projet et respecter la charte d’engagement.
  • Participer à un entretien individuel avec la médiatrice de l’association (accompagné ou non par un référent) afin d’échanger autour des enjeux du projet, de l’organisation, du contenu.

Pour le référent > 

  • Remplir et transmettre la fiche de prescription ainsi que l’évaluation d’entrée. Participer à l’évaluation et bilan de sortie.

L’Hypocrite 21 : LIBERTÉ, vite !

Les libertés matraquées

Piégée entre contexte sanitaire anxiogène et répression autoritaire au nom d’une sûreté de l’Etat, la population française se voit prise en tenaille, au cœur d’un brasier dont elle ne s’avère être qu’une simple victime. La dégradation de nos libertés a été progressive, d’un mandat à l’autre, par bon nombres de justifications factices. Cependant, c’est durant ces dernières années, et particulièrement ces derniers mois, que la volonté autoritaire s’est affirmée.

Nous en avons vu les prémisses avec l’émergence du mouvement des gilets jaunes de 2018, nous en subissons sa continuité logique aujourd’hui. Entre urgence sanitaire, loi Sécurité globale et loi contre le Séparatisme, le pays des Lumières voit ses valeurs bafouées de toutes parts, selon les caprices des quelques politiciens à la tête de l’Etat. Au grand malheur de ces derniers, une opposition citoyenne d’ampleur ne supporte plus ces affronts répétés. La colère du peuple s’exprime dans les rues et revendique une volonté immuable de défendre ses libertés les plus fondamentales. Bien que seul le futur nous dira si les matraques auront eu raison de notre démocratie, la lutte se poursuit ardemment.

A travers ce numéro, nous ferons un point, en nous demandant où nous en sommes, que nous reste-t-il de nos libertés et quelles seraient les issues possibles. Quelles que soient leurs formes, nos libertés définissent ce que nous sommes non seulement en tant que société, mais surtout en tant qu’humains. Qu’elle soit numérique ou physique, qu’elle s’exprime par nos mots ou par nos pensées, la liberté est un droit pour lequel chaque être vivant se doit de lutter inlassablement.

Guewen Merre

Le sommaire

  • Chiffres clés sur la Liberté, micro-trottoir et Dessine moi un message par Alexis Le Cocquen, Guewen Merre, Zacharie Heiss, Marc Antoine Joly, Fabien Le Goff et Matthieu Assgarian
  • « Donner aux personnes un maximum de capabilité » par Marie Bedel
  • Défendre la liberté d’expression : le parcours du combattant par Céline Brulais & Zacharie Heiss
  • Tuto Info ou Intox (décrypter un dessin de presse) par Céline Brulais
  • Cabu, ses rires et mes souvenirs par Zacharie Heiss
  • Juin, artisan du geste parfait par Alexis Le Cocquen et Elisa Poulain
  • La Laïcité, une valeur portée à coeur par Guewen Merre & Marc Antoine Joly
  • Le difficile copinage entre liberté d’expression et cadre politique par Alexis Janvier
  • Les résistants du Libre par Carine Peynaud, Zacharie Heiss et Elisa Poulain
  • Philippe Croizon : « l’humour est l’outil de résilience le plus important » par Alexis Janvier & Elisa Poulain
  • Billet d’humeur – Funambulisme par Alexis Janvier
  • Horoscope par nos astrologues Elisa Poulain & Alexis Le Cocquen
  • Un super Poster La Liberté, c’est par où ? réalisé en collaboration avec Pierrick Juin (ainsi que la Une).

Distribué le mercredi 16 Décembre dans les points de diffusion ci dessous.

Où trouver l’Hypocrite ?

Résidence artistique : l’artiste Elise Guihard au collège Chateaubriand de Saint Malo

Genèse de ce projet : Cette résidence est née d’une demande du service action culturelle du Conseil Départemental d’Ille et Vilaine qui nous à mis en relation avec le Collège Chateaubriand de Saint Malo, lequel souhaitait faire intervenir un(e) artiste dans ses murs pour mener un projet de création avec les futurs élève d’une classe de cinquième et une classe ULIS. Cette demande émane des élèves eux même via le conseil de vie collégiale et s’articule autour d’une problématique d’espace dans la cour de récréation, de la nécessité de symboliser des zones, des frontières, de matérialiser différentes zones d’activités. Les élèves ont émis le souhait de concevoir l’œuvre avec l’artiste dans une démarche collaborative. Tout Atout étant spécialisé dans ce type de projet, le Conseil Départemental d’Ille et Vilaine s’est adressé à nous à juste titre pour coordonner cette action. 

Note d’intention et lancement de l’appel à projet

La proposition que nous avons émise et qui a été retenue prenait en compte les remarques suivantes émises par les élèves auprès de madame Quellec, documentaliste du collège :

  • fresque (travail en commun) : toute discipline avec une préférence pour la mosaïque
  • supports envisagés : murs, sols, tables, poteaux, casiers, bancs
  • envie de pouvoir recycler des matériaux
  • format : visible de loin
  • œuvre pérenne
  • visuel : symboles, écriture, dessin, abstrait
  • Les objectifs opérationnels visés étaient :
  • ouverture artistique et culturelle (travail artistique + sortie culturelle)
  • développer les aptitudes au travail de groupe
  • raccrocher les élèves décrocheurs (classe relais)
  • s’investir dans la vie de l’établissement
  • renforcer le sentiment d’appartenance au collège Chateaubriand
  • participer à l’histoire du collège

Nous avons donc développé une action pédagogique qui mobilise les élèves dans toutes les étapes du processus de production, en assurant la direction artistique ainsi que la maitrise d’œuvre du projet en accord avec le commanditaire. Au printemps 2019, nous avons rédigé et diffusé un appel a projet auprès de différents réseaux d’artistes plasticiens. Nous avons reçus 14 propositions, 7 ont été pré-selectionnées.

  • En septembre 2019, nous avons sélectionné la proposition finale avec les collégiens, à partir d’une animation pour comprendre le travail d’un artiste et la mise en place d’un jury de sélection a partir des 7 propositions. La candidature d’Elise Guihard est retenue à l’unanimité.
  • Le 19 Novembre : Rendez-vous technique pour valider l’intervention du département dans la cour de récréation avec tous les acteurs du projet. Finalisation des demandes de financements.
  • Le 5 Décembre : Rendez-vous entre l’artiste et la direction du collège pour établir le calendrier de la résidence + rendez-vous entre l’artiste et le fournisseur de coquille Saint-Jacques à Saint Malo pour convenir du partenariat.

Proposition artistique retenue

La proposition artistique d’Elise Guihard était de concevoir un motif sur une surface plane ou en relief avec les collégiens avec des pavés de couleurs, fabriqués à partir de coquillages broyés, de pigments et d’un ciment. Son installation nécessitait d’enlever une partie du sol bitumeux de la cour de recréation pour implanter l’œuvre.

PARTICIPANTS

Les élèves de la classe de 5ème C de l’année 2019-2020, dont 2 élèves ULIS / Six professeurs : Rozenn Quellec, professeur documentaliste ; Éloïse Rellet et Oriane Sureau, professeurs d’arts-plastiques ; Jean-Martial L’Helgoual’Ch, professeur de sciences-physiques ; Steven Barbe, professeur de sciences-naturelles ; Éric Gautier, professeur de technologie. Deux personnels du collège : Anne By, assistante d’éducation ; Guy Briand, agent de maintenance. L’ensemble des élèves du collège, en tant qu’observateurs, lors des deux semaines et demie de production de l’oeuvre dans la cour de récréation.. Deux partenaires : l’association Sensation Littoral ; le mareyeur Le Corsaire.

© Estelle Chaigne

Déroulé de la résidence

Détail des heures effectues par l’artiste sur le projet :

  • Dossier et rendez-vous préparatoires : 35 H
  • Conception des heures d’ateliers : 213 H
  • Heures d’ateliers avec les élèves : 65 H
  • Recherche technique et artistique : 215 H
  • Préparation de la production 98 H
  • Production 175 H
  • Valorisation 15 H

Les 65 heures de face à face entre l’artiste et les élèves ont été réparties en 8 grandes étapes :

1 – Observer la cour de récréation / 2h30

En cours d’arts plastiques : Jeudi 12/12 : 10h15-10h45 : Présentation des étapes du projet et de la méthode de travail. / Jeudi 12/12 : 14h-15h + Vendredi 13/12 : 15h00-15h50 

Ateliers en classe : Observer la cour de récréation, support et sujet de l’oeuvre / Créer des plans, compilés ensuite par l’artiste, pour établir les zones actives et calmes, ainsi que les zones utilisés ou non utilisés dans la cour par les élèves de la classe.

2 – Élargir notre horizon en se reliant au territoire et aux questionnements de notre âge / 4h

Jeudi 09/01 : 10h-12h : Sortie sur le port de Saint Malo, avec le professeur de SVT et animée par l’association Sensation Littoral : Rencontrer le mareyeur qui fournit les coquilles Saint-Jacques pour la création des pavés. / Voir la broyeuse à coquilles et les stocks – déchet de l’activité de Mareyeurs – destinés à être broyés. / Découvrir les métiers du port de pêche et les infrastructures, avec un focus sur les coquilles Saint-Jacques.

La classe a exprimé des sentiments de curiosité ou de rejet face à la préparation des poissons et des crustacés. Elle à été sensible à la pollution du port. L’animateur les a incité à admirer la beauté des poissons péchés et les savoirs-faire des pécheurs. 

En cours d’arts plastiques : Jeudi 09/01 : 14h-16h : Atelier de réflexion : noter ce dont on rêve pour la cour de récréation, en faisant une distinction entre nos envies pour la cour (en terme d’usage) et nos envies pour l’oeuvre (en terme de forme).

3 – Chercher une direction artistique en dessinant / 2h

En cours d’arts plastiques : Dessiner librement selon les 4 thématiques définies après les discussions entre l’artiste et les élèves : > « On se sent enfermé » / « On peut parler d’écologie / « On voudrait une piscine ou une fontaine » / « On voudrait un endroit pour se reposer » / Isoler une partie de son dessin, le styliser sur une feuille à carreaux, voir des motifs apparaître.

4 – Inventer la recette de fabrication du matériau de notre oeuvre / 4h

Dans les cours de sciences-physiques et de technologie (Janvier – 3h + Mars – 1h) : Créer des mélanges ciment/coquilles/pigment pour découvrir le matériau de l’oeuvre. / Inventer notre recette en testant des couleurs et la résistance mécanique de nos mélanges.

5 – Concevoir l’oeuvre / 12h30

À partir de leurs premières recherches, Élise Guihard a montré aux élèves une esquisse de l’oeuvre. Elle leur a proposé de travailler sur : un motif inspiré de la surface de l’eau, en réponse à la thématique de l’eau : les élèves ont exprimé l’envie d’une piscine, d’une fontaine (Etienne et Wesley), de parler de l’importance de l’écologie en montrant la pollution de l’eau (Jordan, Louna, Timotéo). / une butte : s’élever / s’extraire de la cour, en réponse au sentiment d’enfermement + s’allonger / s’adosser, en réponse à l’envie de zone de confort (Maxence, Lauryn, Yolène) / une emprise au sol inspiré des dessins géométrique d’un élève (Paco).

Dans les cours d’arts plastiques : Créer chacun un pavage et faire une sélection. / Mettre en couleurs un pavage au choix dans la sélection précédente pour obtenir des motifs colorés. Effectuer une nouvelle sélection. / Dans les cours de technologie / Découvrir l’utilisation du logiciel Sketchup. / Inventer la forme de la butte via Sketchup et intégrer les motifs peints en texture sur les modélisation 3D. / Déterminer l’emplacement au sol, tracer à la craie l’emprise au sol de l’oeuvre.

Lors des étapes de conception, les élèves et l’artiste ont été surpris par l’action de la colorisation sur le motif créé par l’artiste : Peinture de Titouan : l’alternance des couleurs proposées crée l’impression d’un maillage, comme un filet ou une maille de pull vu au microscope. / Peinture de Timotéo : le choix des couleurs de remplissage évoque un paysage de collines. / Montage en miroir de la peinture de Timotéo pour créer le fichier texture pour sketchup : le paysage de collines, répété en symétrie, fait apparaître une tête de Dark Vador. / Le choix final s’est porté sur le pavage créé par l’artiste à partir du dessin d’un élève (Jordan) et sur une compilation des trois idées de colorisation marquante créées pas les élèves : des collines, un maillage et le phénomène de paréidolie lié à l’axe de symétrie (du type du test de Rorscharch).

6 – Préparation de la production

Élise Guihard a réalisé une maquette dans son atelier pour vérifier la faisabilité, établir les besoins en quantité et en type de matériaux, valider le projet auprès du collège, du département et du bureau de contrôle. Elle a produit le dessin final des couleurs, en compilant les trois idées retenus avec la classe, ainsi que les moules pour couler les pavés de béton.

7 – Produire l’oeuvre / 40 heures

La production des pavés (prévus initialement en avril) et leur pose (prévu initialement en juin) ont été reporté du fait du confinement. En septembre, l’artiste a travaillé avec 13 élèves volontaires de la classe de l’année précédente, par petits groupes sur 35 heures au total.

  • Production de 50 pavés en Juin pour finir l’année avec les élèves.
  • Production de 400 pavés en septembre, sur une semaine.
  • Création du modelé de la butte en béton, puis pose au mortier des pavés et des joints, sur une semaine et demie

Production artistique finale de la résidence : Production d’une sculpture pérenne (9m2 d’emprise au sol et 75cm de hauteur) sur laquelle les élèves peuvent monter, jouer, se poser. Cette sculpture se nomme Montagône, en référence à son emprise polygonale au sol et à son élévation.

8 – L’inauguration / 1h

Les élèves accompagnés par les professeurs du projet, ont préparés un discours d’inauguration, un morceau de musique, une chanson et une carte de remerciements. Cinquante personnes lors de la restitution au collège, dont une dizaine d’élèves de la classe de 5èmeC de l’année 2019-2020, des parents d’élèves et des partenaires

« Cette résidence a offert un autre cadre pédagogique pour se rencontrer, où le droit a l’erreur, le droit à l’échec sont permis, où les élèves peuvent aller au bout de leur engagement et exprimer leur idées. Un espace qui permet « l’égalité de qualité », qui offre la possibilité de se faire confiance, d’être fier.»

Extrait du mémoire d’Anne By

Assistante d’éducation, Anne By pose un apport théorique sur un projet pratique dans son mémoire Résidence artistique au collège – Quelles spécificités ? – Etude de cas Elise G., artiste mosaïste, en résidence artistique au collège Chateaubriand de St Malo, Université Paris 8. A découvrir ci-dessous.

Saison des Expérimentations et Innovations Solidaires, les solidarités de demain

A l’origine, le SEIS – Salon des Expérimentations et Innovations Solidaires – est un événement tout publics, entièrement dédié à la question des solidarités et des nouvelles formes qu’elles prennent, qu’elles essaiment…Pour cette année, l’équipe a décidé de faire peau neuve et de faire vivre rencontres et initiatives solidaires pendant une saison de 6 mois.

A travers trois thématiques – Inclusion et accès aux droits, Citoyenneté et Pouvoir d’agir, Territoires, Lien social et Transmission – la SEIS donne la parole à une pluralité d’acteurs réunissant un panel innovant d’initiatives du champ de l’économie sociale et solidaire.

C’est pourquoi, ils ont choisi de mettre en lumière le projet de Tout Atout et plus particulièrement le projet Fait Main.

Plus d’infos sur la Saison des Expérimentations et Innovations Solidaires

Inscriptions ouvertes – LA MORSURE ET TOUT ATOUT À LA POURSUITE DE LA NORMOPATHIE

La Morsure est la bienheureuse compagnie choisie par Tout Atout pour la deuxième édition de LA POURSUITE, projet de création spectacle en partenariat avec le Théâtre La Paillette. Une aventure humaine et artistique à l’adresse de jeunes de 16 à 30 ans. Une proposition artistique de Marie Parent et Christophe le Cheviller sur la question de la NORMOPATHIE.

  • Ateliers de découverte et pratique de l’improvisation théâtrale dans un cadre dramaturgique
  • Ateliers de recherche création (temps de création collective en abordant différentes pratiques artistiques : la danse avec Florence Loison, l’écriture avec Frédérique Soumagne, le dessin avec Lionel Chouin, le théâtre avec Marie Parent et Christophe Le Cheviller), une rencontre masterclass avec l’artiste Orane Arramont.
  • Ateliers de création du spectacle, répétitions et représentation
  • Temps de découverte et de rencontre avec des professionnel.les du spectacle vivant
  • Programmation culturelle établie en lien avec le projet (visite de lieux culturels, spectacles, expositions)

Pré-requis

  • avoir entre 16 et 30 ans
  • être motivé.e et avoir envie d’intégrer un projet collectif
  • avoir la volonté de s’engager sur l’ensemble du projet
  • montrer un intérêt soit pour : le théâtre, l’art vivant ou les métiers de techniciens.

Modalités d’inscriptions

  • Pour le jeune > Participer à un entretien individuel avec la médiatrice de l’association (accompagné ou non par un référent) afin d’échanger autour des enjeux du projet, de l’organisation, du contenu.
  • Pour le référent > remplir et transmettre la fiche de prescription ainsi que l’évaluation d’entrée. Participer à l’évaluation et bilan de sortie.

> Les jeunes non prescrits par une structure doivent justifier de leur envie d’intégrer le projet en rédigeant une courte lettre de motivation

La Poursuite 1 – Ma Grande Aventure

Pour la première édition de La Poursuite nous sommes accompagnés par le marionnettiste et metteur en scène Yoann Pencolé de la compagnie Zusvex autour de la notion d’épopée du quotidien. Nous sommes partis d’un évènement personnel où l’aventure s’est glissée dans la routine du quotidien, où la grande Histoire a croisé la petite, ou encore un évènement ou une rencontre ont changé la vie du narrateur à tout jamais.

Au départ du projet, le groupe s’est rencontré autour des ateliers de danse aux cotés du chorégraphe Bruce Chiefare. Afin de travailler l’écoute, la cohésion de groupe, le travail de choeur. Dans un second temps, entourés de la plasticienne Maïté Martin et de Yoann Pencolé, les 12 jeunes âgés de 17 à 24 ans ont pu construire une marionnette, dans une matière brute de son choix (mousse, plâtre, bois, fil de fer, papier) et son environnement de vie (une boite, un paysage…) sur des socles en bois. Ensuite, chacun a écrit des textes, à partir de différentes consignes d’écritures données par l’auteure Marine Bachelot Nguyen. Puis chacun a choisi une chanson avec laquelle il entretient un rapport particulier pour raconter cette aventure personnelle extraordinaire. Les marionnettes seront exposées sous forme d’oeuvre plastique dans différents espaces sur le territoire (l’Office de Tourisme de Chateaugiron, Le Centre Culturel l’Intervalle de Noyal-Sur-Vilaine, La Caravane MJC de Servon). Autour de cette exposition, lors de rencontre publique définies, les marionnettes seront manipulées par les participants dans une visite guidée (30 minutes) qui donnera lieu à un spectacle à géométrie variable qui conjuguera les talents individuels et l’énergie collective.

Réalisation et montage vidéo par Stéphane Pougnand

Artistes et intervenants : Yoann Pencolé (marionnettiste et metteur en scène), Maïté Martin (plasticienne), Bruce Chiefare (chorégraphe et metteur en scène), Marine Bachelot Nguyen (auteure et metteuse en scène)

Partenaires sociaux et éducatifs : La Mission Locale (Champs-Manceau, Cleunay), Garantie Jeune (de Rennes-Métropole et Pays de Chateaugiron), Le SAS de Beaulieu, Le foyer La Thébaudais, ITEP Tomkiewicz, ESSOR, HANDISUP, CDAS Cleunay St Cyr

Partenaires culturels : La Maison Bleue, Le Centre Culturel L’intervalle de Noyal-Sur-Vilaine, Caravane MJC de Servon, Office de Tourisme de Chateaugiron